Étape 1 : Exploration

SUIS-JE UN MODÈLE ACCESSIBLE?

SCÉNARIOS

HISTOIRE DE KHADAR

Khadar est un élève de 11e année qui fréquente une école dans un grand centre urbain. Son enseignant remarque qu’il s’absente souvent de l’école, que son travail scolaire n’est pas aussi bon et que ses notes baissent. Il semble souvent indifférent et renfrogné en classe. En outre, il lui a répondu très impoliment à quelques reprises lorsqu’il lui a posé des questions.

Khadar et sa famille sont des réfugiés d’un pays africain déchiré par la guerre. Ils vivent dans un petit appartement où il n’y a pas d’ordinateur ni d’endroit pour étudier.

Parfois, la vie lui semble vide et insignifiante. Il a de plus en plus de difficulté à se concentrer sur son travail scolaire et il sait qu’il accuse beaucoup de retard. Il a l’impression d’être stupide et ne se sent pas à sa place dans la classe. Il n’arrive plus à faire le lien entre l’école et sa vie. Il regarde autour de lui et tous les autres élèves semblent aimer l’école ou à tout le moins composer avec la vie scolaire. Il se demande s’il vient d’une autre planète. Il se demande à quoi ça sert d’aller à l’école.

Récemment, Khadar s’est fait de nouveaux amis. Ils sont vraiment cool et excitants. Pour la première fois de sa vie, il se sent compris. Ils sortent beaucoup les fins de semaine. Mais, ils n’ont vraiment pas d’endroit où passer du temps ensemble. Ils se promènent donc dans le parc ou dans les rues. Ils sont souvent harcelés par la police qui présume qu’ils ont de la drogue. En fait, Khadar a rencontré quelqu’un récemment qui lui a dit tout bas qu’il pouvait lui offrir une « bonne occasion d’affaires ». Il est vraiment tenté de faire de l’argent facilement en vendant de la drogue.

Un jour, suite à l’échec de Khadar à un examen, l’enseignant de Khadar, lui-même un homme noir originaire d’un pays d’Afrique, décide de lui parler du changement qu’il a remarqué dans son comportement. Il essaie d’amorcer une conversation en demandant à Khadar comment il va. Khadar, qui s’attend à ce qu’on le gronde ou le punisse, lui répond en haussant les épaules sans rien dire. Après quelques autres questions posées sur un ton bienveillant, l’enseignant décide d’y aller un peu plus directement. Il parle de ses inquiétudes à Khadar de façon positive en insistant sur le fait qu’il sait qu’il peut faire mieux et qu’il comprend que la vie n’est pas toujours facile quand on est nouvellement arrivé au Canada.

Khadar ne dit pas un mot, garde les yeux baissés et ne réagit pas à ses propos. Mais il est étonné et touché par l’approche de son enseignant. Personne n’a exprimé de confiance en son potentiel. Il aime la façon dont son enseignant lui a parlé; il ne l’a pas blâmé, il ne l’a pas jugé, il se soucie tout simplement de lui. Il lui a montré qu’il croit beaucoup en ses capacités. Khadar sait qu’il peut se confier à son enseignant s’il en ressent le besoin.

QUESTION DE RÉFLEXION :

Quelles sont les attitudes, valeurs et croyances qui caractérisent le rôle de modèle accessible et de quelle façon peut-on les appliquer? Quels sont les objectifs d’un modèle accessible?

FILMS : TÉMOIGNAGES SUR LE RÔLE DE MODÈLE ACCESSIBLE

Légende : Un recueil de témoignages de Franco-ontariens qui parlent de leur rôle de modèles accessibles en matière de relations saines et égalitaires. Dans la présente section, des hommes explorent leurs points de vue et leurs expériences sur le rôle de modèles accessibles et de son importance dans le cheminement social des personnes. Produit par le COPA, 2010-2011

C'est quoi un modèle accessible?

En tant qu’hommes adultes, nous sommes nombreux à avoir pris conscience de notre influence sur la vie des garçons. Nous pouvons miser sur les répercussions positives des relations que nous entretenons avec les garçons de notre entourage.

En tant que modèles masculins dans notre classe ou l’école, nous avons une influence sur la perception qu’ont les garçons du rôle des hommes dans le monde. Nos interactions avec les autres membres de la communauté scolaire, qu’elles soient femmes ou hommes ou filles ou garçons - incluant nos collègues, les parents, tutrices, tuteurs ou les élèves - auront des répercussions importantes sur le développement de leurs comportements et attitudes à l’égard des femmes et des filles. Tous les jours, et dans divers contextes et circonstances, nous avons la possibilité de faire comprendre aux garçons (incluant les élèves et d’autres enfants ou jeunes dans notre vie) que nous valorisons les filles et les femmes et que nous favorisons les relations saines et égalitaires.

Nos attitudes, nos comportements et nos actions sont des véhicules par lesquels nous pouvons communiquer des messages importants au sujet des femmes et de l’importance des relations saines et égalitaires. En réfléchissant à notre quotidien (à l’école ou à la maison), nous pouvons nous rendre compte de la multitude d’occasions mises à notre disposition chaque jour :

  • les propos que nous tenons avec nos collègues, les membres de notre famille ou nos amies ou amis;
  • le « qui s’occupe de quoi » à la maison;
  • les attentes que nous avons de nos élèves (de nos collègues, de nos amis ou amies ou des membres de notre famille) qui peuvent correspondre à leur sexe ;
  • les jeux que nous choisissons de jouer avec les enfants ou les jeunes qui nous entourent ;
  • les blagues que nous racontons et celles qui nous font rire;
  • les émissions de télévision et les films que nous choisissons de visionner ;
  • les exemples, histoires ou de leçons que nous présentons;
  • les mots que nous utilisons pour parler des femmes et d’autres groupes sociaux;
  • les paroles dont nous nous servons pour décrire la vie et les personnes.

Sans nous en apercevoir, ces petits gestes s’accumulent et ont une incidence sur les relations futures des garçons avec les femmes et les filles.

Nous pouvons aussi parler des hommes qui nous ont marqués afin de les honorer et de faire connaître aux garçons d’autres modèles de masculinité positifs (qui fondent leurs interactions sur le respect, l’écoute et l’empathie). Nous pouvons leur expliquer ce que ces hommes représentent pour nous, les raisons pour lesquelles ils sont importants et les valeurs que nous admirons chez eux. Il est également important de faire valoir auprès des garçons l’influence positive de certaines femmes dans notre vie. Cela démontre qu’en tant qu’hommes, nous pouvons apprendre à la fois des femmes et des hommes.

Par ce moyen on fait voir aux garçons qu’ils peuvent aussi être des modèles accessibles pour les plus jeunes. Nous leur faisons ainsi comprendre qu’ils sont responsables de leurs interactions avec les filles et les femmes.

La majorité des hommes ne seront jamais violents envers les filles et les femmes. Nous pouvons tous avoir un impact important en brisant le silence et en abolissant les tabous qui entourent ce problème. Il est donc important de nous prononcer franchement contre la violence, les agressions, le sexisme et d’autres iniquités.

L’un des meilleurs moyens de briser le cycle de la violence consiste à établir une relation positive entre les garçons et les hommes adultes. La discussion, l’ouverture, la communication et la franchise auront une incidence tangible sur la création d’une société plus juste fondée sur des relations saines et égalitaires entre les sexes. Nous pouvons tous poser des gestes constructifs et proactifs pour aider les garçons à développer une attitude positive envers les filles et les femmes.

Promouvoir des relations saines et égalitaires par votre approche auprès des jeunes

Nous communiquons l’importance que nous accordons aux relations (de tout genre) saines et égalitaires entre les filles et les garçons et entre les femmes et les hommes par notre approche avec les jeunes. L’application des principes du respect des droits fondamentaux (à la sécurité, à la force et à la liberté) visant à faciliter la reprise du pouvoir personnel ou collectif des jeunes (et d’autres groupes vulnérables) (voir les modules 1 et 2) leur fournit une puissante leçon. Ils apprennent qu’ils ont des droits, qu’il y a des actions qu’ils peuvent prendre (au besoin) pour les faire respecter et qu’ils ont la responsabilité de respecter les droits des autres.

En vivant cette expérience dans leurs relations avec nous – leurs enseignants – les garçons pourront faire le lien avec leurs relations interpersonnelles. Nous contribuons donc ainsi d’une autre façon à dénoncer la socialisation traditionnelle fondée sur le genre et à briser le cycle de la violence sexiste contre les femmes.

L’approche qui permet aux jeunes de reprendre leur propre pouvoir et respecter le pouvoir et les droits des autres comprend les six grands objectifs suivants :

  • Offrir un soutien et un encadrement à l’élève en lui fournissant un espace où il se sent écouté, respecté et compris.
  • Chercher à comprendre le point de vue de l’élève (sans nécessairement accepter son comportement) par une écoute respectueuse et empathique.
  • Agir comme personne ressource adulte présente dans la vie des jeunes.
  • Communiquer une position claire, ferme et bien définie (la vôtre ainsi que celle de l’école) contre toute forme d’agression (incluant l’intimidation), de discrimination ou de tout autre situation, geste ou parole qui retirent les droits (à la sécurité, la force et la liberté) d’une personne.
  • Transformer toute situation en occasion d’apprentissage qui offre à l’élève la possibilité de développer ses compétences, de prendre des décisions et de résoudre des problèmes (apprentissage à l’aide de conséquences naturelles et non punitives).
  • Fournir un modèle de comportements non agressifs et de communication saine.